Qu'est-ce que le syndrome prémenstruel (SPM) ?

En 2019, nous avons rencontré Lesleye qui est disons-le, la première a parler en France des SPM et a briser ce tabou si peu représenté. Certaines d'entres-vous nous ont demandé une définition. Nous avons essayé d'être les plus claires possible :)

Qu'est-ce que le syndrome prémenstruel (SPM) ?

Le syndrome prémenstruel débute entre 2 et 14 jours avant le début des règles et se termine en général à l’arrivée de celles-ci. Il désigne l’ensemble des symptômes physiques et psychologiques qui apparaissent durant cette période.

Les symptômes sont différents d’une personne à l’autre en nature, en durée, ainsi qu’en intensité. Il varie aussi d’un cycle à l’autre et au cours de la vie. Ainsi, certaines personnes ne ressentiront aucun changement, d’autres des changements légers, et certaines ressentiront des symptômes intenses pouvant perturber leurs activités quotidiennes.

Quelles sont les causes du syndrome prémenstruel ?

Les causes du syndrome prémenstruel sont encore peu connues. On sait pour autant que celui-ci est étroitement lié à l’ovulation et au cycle menstruel, ainsi l’une des explications serait une fluctuation hormonale durant la deuxième partie du cycle menstruel. Durant cette période, la production d’œstrogène baisse tandis que la production de progestérone augmente, puis chute s’il n’y a pas fécondation.

En théorie les symptômes résultant des œstrogènes (gonflement des seins et du bas du ventre par rétention d’eau), sont atténués par la progestérone. Néanmoins, s’il y a un excès de l’un ou une insuffisance de l’autre, ils pourraient interagir avec les différents organes du corps entraînant certains symptômes du SPM. Ces fluctuations hormonales perçues par le cerveau induiraient des fluctuations de neurotransmetteurs (notamment la sérotonine), ce qui permettrait d’expliquer les symptômes psychologiques.

Additionné à cela, des antécédents familiaux de personnes souffrant du syndrome prémenstruel, ainsi que des facteurs à risque comme le tabagisme, la sédentarité, le manque de sommeil, l’obésité ou une alimentation non équilibrée feraient que certaines personnes sont plus à risque que d’autres.

Quels sont les symptômes du syndrome prémenstruel ?

Le syndrome prémenstruel génère de nombreux symptômes qui varient d’une personne à l’autre. Une seule personne pourra ne ressentir que l’un d’entre eux ou bien plusieurs.

Les symptômes émotionnels les plus récurrents sont notamment des sautes d’humeur, une irritabilité, de l’anxiété, des difficultés à se concentrer, un sentiment de tristesse, voir une dépression. Il peut aussi être ressenti des troubles du sommeil, une baisse de libido, ainsi que des fringales alimentaires ou des pertes d’appétit.

Quant aux symptômes physiques, les plus courants sont des maux de tête croissants, une fatigue accrue, un manque d’énergie, de bouffées de chaleur, des chutes de tension, des malaises vagaux, des crampes abdominales, des ballonnements, des douleurs musculaires, notamment dans le bas du dos, un gonflement du bas du ventre et des seins sensibles et gonflés, des problèmes de transite, ainsi qu’une poussée d’acné.

De plus, le syndrome prémenstruel peut augmenter les symptômes de problèmes de santé déjà récurrents comme les migraines, les douleurs chroniques, les crises d’asthme ou d’épilepsie, ainsi que les allergies.

Si vous souffrez d’un ou plusieurs de ses symptômes, nous vous conseillons de vous tourner vers votre gynécologue ou votre médecin afin de trouver des moyens d’apaiser ceux-ci et de vivre plus sereinement cette période plus ou moins désagréable.

Certaines d'entres-vous porte une jolie lingerie menstruelle, notamment le tanga pendant toute la période de leur SPM pour rester en sécurité quelques jours avant l'arrivée supposée des règles !

Si vous souhaitez plus d'informations ou trouver du support, n'hésitez pas a aller sur la page du compte Insta de notre copine Lesleye ! 

 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés