Mes seins sont-ils normaux ?

 

Bien que le corps des femmes souffre de manière générale de nombreuses injonctions dans notre société, les seins semblent en être en plein cœur. Source de nombreux complexes, beaucoup de femmes ne se sentent pas en accord avec leur poitrine.

Faut-il avoir de la poitrine pour être une vraie femme ?

Dès lors que la poitrine se développe, il y a celles et ceux qui l’attendait avec impatience, et celles et ceux qui préféraient quand elle n’était pas là. Par la suite il y a ce stéréotype de la femme qui doit avoir de beaux seins, bien ronds, qui ne tombent pas, doux, moelleux et volumineux à la fois, comme dans les films ou les publicités. Couplé à ce concept, l’idée que pour être une « vraie » femme, il faut avoir des seins. Les seins sont pour certains des objets sexuels pour d’autres, ils sont le moyen de nourrir un enfant.

Pour coller à cette image de seins parfaits, on a alors recours à la lingerie, au push-up, à des exercices pour les rendre plus fermes, à la chirurgie pour les faire grossir de volume, pour les faire réduire de volume, et à tout ce qui pourrait rendre notre poitrine plus « belle », plus « agréable à regarder », plus politiquement correcte et conforme à la « norme ». 

Pour autant, tous les seins sont dans la nature, et leurs formes et leurs aspects sont aussi nombreux que le nombre de femmes sur cette planète. Il n’y a pas de normalité, et pourtant nombreuses sont les femmes complexées par leur poitrine. Cela peut même aller jusqu’à la honte de porter certains vêtements,  de paraître nue devant quelqu’un d’autre, voir devant soi-même et entraîner un sentiment de haine envers son propre corps.

Il existe autant de seins que d'individus !

En faisant quelques recherches sur internet pour comprendre pourquoi notre poitrine ne correspond pas à ce que l’on nous montre dans les médias, on tombe alors sur des centaines de pages qui donnent des informations sur les opérations esthétiques afin de se faire refaire les seins. Pas facile de se sentir bien dans son corps  et de s’accepter quand on nous pousse à changer...

Cette période est d’autant plus difficile durant l’adolescence ou le début de la vie adulte ou lorsque débute la vie sexuelle. Trop petits on n’est pas une femme, trop gros on est vite sexualisée, exposé au regard masculin. Nos seins peuvent aussi être la cause de maux de dos. 

On les juge trop écartés, trop tombants, pas de la même taille, en bref, nos seins ne nous plaisent jamais vraiment.

Il est difficile pour chacune de se sentir en accord avec sa poitrine, mais il faut garder à l’esprit qu’il n’existe pas UN sein parfait. Le sein est d’ailleurs l’une voir l’unique partie du corps qui subit autant de variations au cours d’une vie, que ce soit par le cycle hormonal, la contraception, la grossesse, la prise ou la perte de poids, ou encore l’âge. Leurs formes et leurs volumes varient tout au long de la vie et il est d’ailleurs plus courant d’avoir des seins différents que parfaitement symétriques.

D’ailleurs, depuis quelques années, des mouvements comme le no-bra (voir notre blog post consacré à ce sujet), ou même de nombreuses pages Instagram comme @taboobofficial ou encore @tubular.breasts prônent une beauté dans chaque poitrine, aussi différente soit-elle, ainsi que le droit de montrer des seins sur les réseaux sociaux, sans que ceux-ci soient perçus comme sexuel.

Vous êtes magnifique, votre poitrine est magnifique !

Attention aux anomalies qui doivent attirer votre attention 

@Sikana

@sikana

Il est très important de surveiller sa poitrine et notamment : une variation de la taille, la survenue d'une boule, une rétractation de la peau, un épaississement de la peau, une rougeur, des veines apparentes, un écoulement du mamelon (hors allaitement).

Le cancer du sein touche en effet 1 femme sur 8 ce qui en fait le cancer le plus fréquent chez la femme, mais il peut aussi toucher les hommes ! Mais c’est aussi l’un des cancer qui guérit le mieux : s’il est détecté tôt, le cancer du sein se guérit chez 9 personnes sur 10.

A partir de 50 ans, il est donc important de faire une mammographie tous les deux ans. Celle-ci est d’ailleurs intégralement prise en charge par la Sécurité Sociale.

La palpation des seins, réalisée par le ou la gynécologue, ainsi que l’auto-palpation à effectuer chaque mois après les règles dès l’âge de 20 ans, est aussi important à réaliser pour détecter un cancer du sein.

Pour réaliser l’auto-palpation efficacement, nous vous conseillons de regarder cette vidéo

 

 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés