Durée des règles et du cycle périodique chez la femme

La durée moyenne des règles est de 4 à 5 jours et celle du cycle menstruel, de 28 jours. Mais chez certaines femmes, ces durées peuvent être plus longues ou, au contraire, plus brèves. Le flux sanguin peut également être plus ou moins abondant en fonction de chacune. Quelles peuvent en être les raisons ? Quand y a-t-il lieu de s’inquiéter ? Elia Lingerie répond à vos interrogations.

 

Durée des règles : qu’est-ce qu’un cycle menstruel ?

Le cycle menstruel correspond à une période précise : il débute le premier jour des règles pour s’achever le premier jour des règles suivantes, et ainsi de suite. Il se poursuit en l’absence de fécondation. D’une femme à l’autre, ce cycle peut sensiblement, voire significativement varier. Cette variation peut également s’observer chez une même femme, en fonction des périodes. Ainsi, au lieu des 28 jours habituels, le cycle menstruel peut fluctuer entre 21 et 35 jours environ. Chez une femme ayant un cycle d’ordinaire régulier, on parle alors de règles en avance ou, à l’inverse, de retard de règles

Combien de temps durent les règles habituellement ?

La durée moyenne des règles est comprise entre 3 et 7 jours. Elle peut toutefois être raccourcie ou prolongée, notamment suivant la période de la vie.

Durée moyenne des règles chez l’adolescente

La durée des règles à l’adolescence est généralement comprise entre 2 et 7 jours, mais elle peut être plus courte ou plus longue. Souvent, les règles sont irrégulières les premières années. Cela signifie qu’un cycle menstruel est plus long ou plus court par rapport aux précédents. Parfois, les adolescentes peuvent même avoir une absence de règles  (aménorrhée) pendant plusieurs mois (en cas de rapport sexuel à risque, il convient tout de même d’écarter une grossesse). D’un cycle à l’autre, les règles peuvent aussi être très différentes en termes de durée et de quantité.

Seules 13 % des jeunes filles ont ou auront un cycle menstruel de 28 jours. Heureusement, avec le temps, la durée des règles et des cycles a tendance à devenir plus régulière, même si elle reste quelque peu fluctuante. Si, 3 ans après la ménarche, les règles sont toujours très irrégulières, il est préférable de prendre rendez-vous avec son médecin traitant ou un gynécologue pour faire le point. 

Il y a toutefois rarement lieu de s’inquiéter : chez l’ado, les règles irrégulières  sont, la plupart du temps, liées à une variation des niveaux d’hormones. Ce phénomène peut aussi être dû au stress, à l’anxiété ou à un état dépressif. Une prise en charge à ce niveau apparaît alors comme essentielle.

Durée moyenne des règles chez la femme adulte

Chez l’adulte, la durée des règles peut aller jusqu’à 7 jours, avec des saignements souvent abondants les 2 premiers jours. Ceux-ci diminuent ensuite progressivement les jours suivants. Comme chez l’adolescente, les variations sont fréquentes, à la fois concernant la durée des règles et la durée du cycle menstruel. En cause ? Les changements hormonaux intervenant au cours de la vie reproductive. 

La contraception hormonale affecte-t-elle la durée des règles ?

Certaines méthodes contraceptives peuvent effectivement avoir une influence sur la durée des règles. Trois formes de contraceptions sont à distinguer : hormonale, progestative et non hormonale.

La contraception hormonale

Parmi les contraceptifs hormonaux :

  • la pilule contraceptive classique ;
  • l’anneau vaginal ;
  • le patch contraceptif.

Ces contraceptifs contiennent à la fois un progestatif et un œstrogène. Ils agissent en bloquant l’ovulation et en maintenant la glaire cervicale (située au niveau du col de l’utérus) imperméable, de manière à bloquer le passage des spermatozoïdes. Du fait de l’absence d’ovulation, l’endomètre (muqueuse de l’utérus responsable des règles) prolifère moins, voire plus du tout. Les saignements sont alors moins importants et, potentiellement, moins longs. Les règles sont aussi moins douloureuses.

La contraception progestative

Du côté des contraceptifs à base de progestatifs, citons :

  • la micropilule ou pilule micro progestative (contient une faible dose de progestatif de synthèse) ;
  • les progestatifs injectables ;
  • l’implant contraceptif ;
  • le stérilet ou DIU hormonal (diffuse une hormone de synthèse proche de la progestérone).

S’ils ne suppriment pas l’ovulation, ils épaississent tout de même la glaire cervicale pour faire barrière aux spermatozoïdes.

La micropilule se prend en continu. Par conséquent, les femmes n’ont plus de règles (quelques saignements légers sont parfois observés). Les autres contraceptifs progestatifs ont souvent pour effet de raccourcir les règles et de les rendre moins abondantes. Chez 20 à 30 % des femmes, l’implant stoppe même les règles en partie ou en totalité les premières années.

La contraception non hormonale

Le stérilet ou dispositif intra-utérin (DIU) au cuivre est l’un des principaux contraceptifs non hormonaux. Le cuivre agit en rendant les spermatozoïdes inactifs. On parle de spermicide. Avec ce type de contraceptif, le cycle est donc naturel. En revanche, le DIU au cuivre peut être responsable de règles longues  et abondantes, en particulier dans les 6 mois suivant sa pose. En cause ? Une inflammation de l’utérus. Celle-ci se résorbe en principe avec le temps.

Comment calculer la prochaine date de ses règles ?

Les règles surviennent 14 jours après l’ovulation. Si vous avez un cycle de 32 jours, par exemple, l’ovulation aura donc lieu le 18e jour du cycle (32 – 14). En cas de règles irrégulières, il est toutefois difficile de connaître sa date d’ovulation. Pour estimer la date de vos prochaines règles, calculez alors, dans un premier temps, la durée moyenne de votre cycle menstruel. Ajoutez ensuite le nombre de jours obtenu à compter de la date de vos dernières règles. À cet effet, pensez à tenir un calendrier menstruel.

Que faire en cas de règles irrégulières ?

Un dérèglement isolé n’a rien d’inquiétant. En revanche, si vos règles sont irrégulières sur plusieurs cycles, il faut en rechercher la cause. Celle-ci peut être mécanique, psychologique ou encore hormonale.

Règles de moins de 3 jours

Vous avez souvent des règles courtes, mais ne prenez pas de contraceptif pouvant expliquer ce phénomène ? Les autres causes sont nombreuses : taux d’œstrogènes insuffisant (cela s’observe notamment chez les femmes minces), pratique sportive trop intensive, dysfonctionnement de la thyroïde, diabète, prise de certains médicaments (antiépileptiques et neuroleptiques, en particulier). Seul votre gynécologue pourra établir un diagnostic fiable et vous proposer un traitement adapté.

Règles de plus de 7 jours

Si, au contraire, la durée de vos règles dépasse régulièrement 7 jours, mieux vaut, là encore, consulter, d’autant plus si vos règles sont hémorragiques. Toujours en l’absence de contraception, cela peut cacher différents problèmes de santé (déséquilibre hormonal, fibrome utérin…). Rassurez-vous, la plupart sont bénins.

En matière de menstruations, chaque femme est différente. Aussi, il n’est pas forcément inquiétant d’avoir des règles et/ou un cycle menstruel plus courts ou plus longs que la moyenne. Dans tous les cas, la culotte menstruelle reste votre meilleure alliée ! À la fois sûre, discrète et confortable, elle est, de plus, disponible en différents niveaux d’absorption. Sur le e-shop Elia Lingerie, faites votre choix parmi de nombreux modèles tous plus élégants les uns que les autres !

La FAQ de la durée des règles

Quelle est la durée normale des règles ?

Les règles de couleur rouge sont normales. Elles prennent cette couleur généralement vers le milieu du cycle, lorsque les pertes sont abondantes et n’ont pas le temps de s’oxyder. Ce sont celles qu’on observe en majorité.

Quand considérer la fin des règles ?

Les règles durent en moyenne entre 3 et 7 jours. Mais chez certaines femmes, elles peuvent être plus courtes ou plus longues. Différents facteurs peuvent expliquer ce phénomène (âge, moyen de contraception utilisé, problèmes de santé, etc.).

Pourquoi mes règles ne durent que 3 jours ?

Les règles peuvent être courtes pour plusieurs raisons : contraception progestative, pratique d’un sport de haut niveau, faible taux d’œstrogènes lié, par exemple, à une minceur extrême, dérèglement de la thyroïde, prise d’un traitement antiépileptique….

Pourquoi les règles diminuent ?

D’un cycle à l’autre, les règles peuvent être plus ou moins abondantes. C’est souvent le cas chez les adolescentes, car leur système hormonal n’est pas encore suffisamment mature.

Vous aimerez aussi :

Les informations issues des articles présents sur le site www-elia-lingerie.com sont des informations générales. Bien qu’elles aient été relues par des professionnels de santé, ces informations ne sont pas exemptes d’erreurs, ne constituent pas des conseils de santé ou des consultations et n’ont pas vocation à fournir un diagnostic ou proposer un traitement. Ces informations ne peuvent, en aucun cas, se substituer à un avis médical et ne peuvent pas remplacer une consultation auprès d’un professionnel de santé. Pour toute question, nous vous invitons à consulter votre médecin.