Spotting : comment arrêter ces pertes en dehors des règles ?

Avez-vous déjà remarqué de petites taches roses ou rouges au fond de votre culotte en dehors de votre période de règles ? Rassurez-vous ce phénomène arrive à de nombreuses personnes menstruées.


Qu'est-ce que le spotting ?

C’est un mot anglais, désignant en français une « tâche », qui fait référence aux saignements vaginaux qui peuvent apparaître en dehors des règles. Ces pertes vaginales sont néanmoins bien moins abondantes, plus claires ou plus marrons que les menstruations et touchent de nombreuses femmes sous contraception ou non de manière ponctuelle.

Quelle est la différence entre spotting et règles ?

Le spotting à la différence des règles peut intervenir à n’importe quel moment du cycle menstruel. La grande différence entre ces saignements et les menstruations est la quantité de sang perdue. La perte sanguine est généralement très légère et ne nécessite pas l’utilisation de protection hygiénique ou de culotte menstruelle. En effet, les pertes vaginales pendant les règles sont généralement plus abondantes en début de menstruation pour devenir moins abondants les jours suivants. La couleur, la consistance des pertes de sang sont aussi très différentes. Le sang perdu est souvent marron ou rose très clair.

La durée du spotting est également aléatoire et très courte alors que le flux menstruel dure entre 5 et 8 jours et interviennent de manière assez régulière et prévisible. En effet, la fréquence des règles régulières surviennent tous les 28 jours alors que le spotting intervient à n’importe quel moment du cycle.

Il est enfin généralement indolore et sans symptôme autre que les saignements. A la différence des menstruations qui provoquent souvent des troubles comme des maux de ventre.

Est-ce normal d'avoir du spotting régulièrement ?

Généralement, il est causé par un dérèglement hormonal. Différents facteurs et moments de vie peuvent influencer le niveau d’oestrogène et de progestérone, deux hormones qui régulent le cycle de la femme.
Il n’est pas normal d’avoir du spotting régulièrement. En effet, si la cause n’est pas clairement identifiée, il est possible que vous souffriez d’une pathologie gynécologique qui nécessite une prise en charge par votre médecin.

Les différentes causes du spotting

En dehors des pathologies gynécologiques, ces petites pertes de sang peuvent survenir à la suite d’un examen gynécologique, entre les menstruations, lorsqu’on est enceinte ou après un rapport sexuel, à cause du stress et des émotions, d’un jet-lag. Cependant, la plupart du temps, le spotting intervient à cause d’un dérèglement hormonal.

L'utilisation d'un nouveau mode de contraception hormonal

Un changement de contraceptif comme le passage à la pilule ou au stérilet hormonal peut dérégler le flux menstruel et vous pourriez subir des saignements légers le temps que votre corps la tolère, en général pendant 3 à 6 mois. Juste après la pose d’un stérilet, comme votre col de l’utérus a été manipulé, ou si vous oubliez de prendre un comprimé de votre plaquette de pilule, il est également possible d’avoir des pertes sanguines.

Le début d'une grossesse

Un quart des femmes enceintes présente des saignements durant le 1er trimestre de la grossesse : leur origine est diverse :
Une grossesse extra-utérine, lorsque l'œuf se développe en dehors de l’utérus. C’est une urgence vitale, et tout saignement accompagné de vives douleurs doit faire l’objet d’une prise en charge rapide
Une fausse couche, lorsque votre corps met spontanément fin à la grossesse, pour différentes raisons, et commence à évacuer l’endomètre et les débris placentaires. Il peut être nécessaire d’effectuer un traitement médicamenteux ou par aspiration lorsque l’oeuf n’est pas évacué naturellement
Un décollement placentaire : le début de placenta, le trophoblaste, se décolle un peu en créant ainsi un hématome engendrant des saignements. C’est à surveiller, il peut déboucher sur une fausse couche
Une grossesse molaire, due à une anomalie chromosomique, qui est à l’origine de formations de kystes, généralement sans embryon
Un toucher vaginal ou un rapport sexuel, qui irrite le col de l’utérus et non la paroi utérine et provoque de saignements qui ne doivent pas être abondants lorsque vous êtes enceinte

L'ovulation

Plusieurs types de saignements vaginaux peuvent avoir lieu chez la femme autour de l’ovulation. Chez moins de 5% des femmes, on observe des pertes sanguines pendant la période ovulatoire, c'est-à-dire environ 14 jours avant les prochaines règles. Cela est dû à un changement d’hormones soudain, avec la chute des oestrogènes pour une hausse de la progestérone :

  • Lorsque l'œuf est libéré on peut ainsi avoir quelques saignements dus à une poussée oestrogénique : le sang perdu peut ainsi se mêler aux pertes blanches et à la glaire cervicale pour former des sécrétions plus rosées. C’est normal, et il est fréquent que cela arrive à chaque cycle.
  • Si vous observez un saignement quelques jours après, il se peut que ce soit en revanche des saignements anovulatoires : votre ovulation sur ce cycle a été défectueuse.
  • En revanche, lors d’un rapport sexuel fécondant, on observe les saignements de la nidation ou d’implantation, lorsque l’ovocyte s’implante dans l’endomètre, quelques jours après la fécondation.

La préménopause

La préménopause est une période transitoire, avec la ménopause qui signera l’arrêt définitif des règles et de la fertilité. La production de progestérone et d'oestrogène diminue progressivement. En attendant que l’équilibre hormonal se régule après la ménopause, il est possible d’observer du spotting.

Les premières règles

De la même façon, la puberté est synonyme de régulation de l’équilibre hormonal. Le temps qu’il se trouve, les jeunes filles peuvent être victimes de spotting après leurs premières règles.

Une infection ou un trouble utérin

D’autres pathologies peuvent être à l’origine de spotting en dehors des règles :

  • Des kystes ovariens comme des endométriomes ou des tumeurs remplies de liquides à l’origine des saignements
  • Une IST ou infection sexuellement transmissible comme une infection des trompes de Fallope, une inflammation de la paroie ou du col de l’utérus, une salpingite
  • Une tumeur bénigne sur la paroi de l’utérus comme un fibrome
  • De l’endométriose ou de l’adénomyose
  • Des polypes utérins
  • Syndrome des ovaires polykystiques
  • Anomalies du col de l’utérus ou cancer

Lorsqu’il s’accompagne d’autres symptômes, il est important d’aller consulter son professionnel de santé ou gynécologue.

Est-il possible d'arrêter naturellement le spotting ?

Le traitement du spotting dépend de sa cause. Il peut s’agir simplement d’un changement de méthode contraceptive hormonale en adéquation avec votre corps, un traitement chirurgical en cas de fibrome utérin ou de polype ou encore des médicaments spécifiques en cas d’infection.
Il existe quelques remèdes de grand-mère pour tenter de l’arrêter en rétablissant l’équilibre hormonal. Attention, ces astuces ne se substituent pas à l’avis médical de votre médecin ou votre professionnel de santé.

  • La phytothérapie qui est la médecine par les plantes
  • Prendre des supplément de vitamines A,B,C, K1, des bioflavonoïdes avec des racines de pervenche, de géranium, du gingembre. Prendre des minéraux de fer et de magnésium, du chardon Marie
  • Boire des tisanes et thé au gingembre pour augmenter vos taux de prostaglandines anti inflammatoires
  • Prendre de l’ibuprofène, médicament disponible en pharmacie en suivant les recommandation

Quand consulter un médecin en cas de spotting ?

En dehors d’une grossesse où il est nécessaire de consulter dès lors que vous avez une perte de sang peu importe votre terme de grossesse, mais surtout au premier trimestre, consultez un médecin si les saignements persistent.
Si le spotting devient fréquent (on parle alors de métrorragie), nous vous conseillons d’en parler un votre médecin traitant ou votre gynécologue car cela peut aussi être un indicateur d’autres causes et maladies gynécologiques comme des fibromes utérins, des IST, des polypes utérins, de l’endométriose, le SOPK…

 

La FAQ du spotting

C'est quoi le spotting ?

Le spotting est caractérisé par des saignements légers en dehors ou après les règles. Bien qu’il soit souvent bénin, il peut être également un symptôme sous-jacent de maladies plus graves.

Pourquoi je fais du spotting ?

Grossesse, ovulation, périménopause, premières règles, affections gynécologiques… Nombreuses sont les causes du spotting ! Il est important de bien l’identifier pour mieux traiter le problème.

Faut-il s'inquiéter du spotting ?

Lorsque les saignements sont trop fréquents, trop abondants et s’accompagnent d’autres symptômes comme des douleurs ou dans le cadre d’une grossesse, il est important d’aller systématiquement consulter sa sage-femme ou son gynécologue.

 

Vous aimerez aussi :