Lochies : que faut-il savoir sur les saignements après accouchement ?

Les lochies ou saignement après accouchement sont une étape normale du post-partum. Ce phénomène, bien que très peu confortable, est tout à fait naturel, il ne faut pas en avoir honte. Vous avez des saignements après avoir accouché et vous vous posez des questions sur leur origine ? On vous explique leur fonctionnement, et comment mieux vivre ce moment de jeune maman !

 


Qu'est-ce que les lochies ou saignements post-accouchement ?

Les lochies aussi appelés saignements d’après l’accouchement. Ce sont des saignements ou pertes vaginales qui surviennent de façon naturelle après avoir accouché. Pendant la grossesse, la coagulation est plus élevée que d’habitude à cause de plusieurs facteurs hémostatiques (c’est-à-dire qui ont pour vocation de stopper le sang). Ceci est tout à fait normal et fait partie des facteurs qui préparent la mise au monde du bébé lorsque vous êtes encore enceinte. Elles vont en fait accompagner la cicatrisation de la plaie utérine qui apparaît après l’expulsion du placenta.

Ils finissent par se stopper naturellement. Ces pertes de sang après l’accouchement sont en fait un mélange de sang, de mucus cervical mais aussi de résidus utérins sous forme de caillots. On y retrouve notamment des débris de membranes placentaires. Les saignements après avoir accouché proviennent de la plaie placentaire, là où était situé le placenta. Ces pertes sanguines sont des saignements beaucoup plus importants que les règles puisqu’en moyenne, les femmes perdent 500ml. Les femmes ayant accouché par césarienne auront des saignements plus légers mais aussi plus longs.

Ils permettent à l’utérus de retrouver sa taille d’origine, grâce aux contractions après l’accouchement appelées les tranchées.

Quelle est la couleur et texture habituelle des lochies ?

Comme dit précédemment, les lochies sont un mélange de plusieurs substances émanant de la plaie placentaire. Au début, pendant les trois premiers jours, les pertes sanguines d’après l’accouchement sont d’apparence très sanglantes, rouge clair, puis elles deviennent progressivement rosées, pour finir par être brunes à la fin. C’est en fait l’oxydation du sang au fil du temps qui va provoquer ce phénomène. La couleur évolue donc au fur et à mesure des jours. L’allaitement pourrait aider à réduire sa longueur : en effet, quand une femme allaite elle sécrète de l’ocytocine pendant la tétée ce qui va déclencher des contractions plus efficaces, ces fameuses tranchées, pour faire disparaître tout ce qui est encore contenu dans l’utérus.

Quelle est la durée des saignements après accouchement ?

La durée dépend selon les femmes, selon si elle allaite ou non, mais aussi selon la nature de son accouchement : césarienne ou par voie basse. On estime cependant qu’ils durent jusqu’à un mois et demi, en devenant de plus en plus faibles au cours du temps.

Premiers jours après accouchement

Pendant les premiers jours suivants l’accouchement, les lochies sont rouges, leur consistance est liquide et les saignements sont très abondants. Les sécrétions pendant les premiers jours sont composées de sang, de muqueuse utérine, de membranes placentaires, de vernix, de lanugo et parfois de méconium. Votre sage-femme à la maternité viendra d’ailleurs peut être les inspecter pour vérifier que tout est normal. N’hésitez pas à lui poser d’ailleurs des questions sur une future contraception !

Une semaine post-accouchement

Environ une semaine après l’accouchement, les saignements vont avoir tendance à devenir brunâtre, toujours de consistance liquide mais avec un flux plus faible. Ils ne sont plus composés que de sérum sanguin, globules blancs et de liquide lymphatique. Comme les sécrétions ne sont plus si abondantes et que vous êtes de retour à la maison avec une plus grande facilité pour les rincer, vous pouvez tout à fait utiliser des culottes menstruelles dédiées à un flux abondant : les serviettes hygiéniques utilisées jusqu’alors peuvent vous paraître inconfortables ou irritantes.

Deux semaines après accouchement

C’est au bout de deux semaines que les pertes vont changer d’aspect pour devenir jaunâtres et de consistance crémeuse. Elles sont aussi plus faibles en cette période et leur composition change puisqu’elles ne sont composées que de cellules mortes mélangées à du mucus ainsi qu’à d’autres bactéries. En fait, au bout de 20 jours post-partum, la phase du “petit retour de couches” apparaît. C’est en fait une phase de saignements qui peut durer jusqu’à un mois à cause de la chute hormonale. Il ne faut pas le confondre avec le véritable retour de couche.

Trois semaines post-accouchement

3 semaines après avoir donné la vie, la couleur des pertes devient blanchâtre, la consistance est liquide et leur intensité est faible.

Quelles sont les recommandations d'hygiènes avec des lochies ?

Même si les lochies sont un phénomène totalement naturel après la naissance, il est important de surveiller leur qualité, leur quantité, mais aussi leur aspect et leur odeur et de respecter une hygiène intime scrupuleuse.

Bannir les protections hygiéniques internes

Pour vous protéger pendant les lochies le port de tampons ou de tout autre protection interne n’est pas recommandé. En effet, comme le col de l’utérus n’est pas encore bien renfermé, mieux vaut privilégier des protections hygiéniques externes comme les culottes menstruelles. Attention à changer votre protection régulièrement pour éviter tout risque de complications. De la même façon, il est plus sage d’évitez toute baignade que ce soit en mer, à la piscine ou même un bain, pendant 4 à 6 semaines après l’accouchement. En effet, cela participe à la prolifération des bactéries.

Privilégier une toilette intime à l'eau

Toujours dans la même optique d’éviter que des bactéries ne se développent, il convient de faire attention à sa toilette intime et de n’utiliser que de l’eau pour ne pas trop l’agresser et de ne pas faire de douche vaginale. Pour éviter les risques d'infections, lavez vous les mains avant et après avoir changer de protections hygiéniques.
Vous pouvez aussi rincer votre zone intime avec de l’eau tiède après être allé aux toilettes. Après un accouchement, vous souffrez peut être d’éraillures ou d’une épisiotomie, il est donc important de ne pas trop irriter la zone avec des lavages trop fréquents ou trop irritants. Privilégiez un savon au PH neutre pour votre toilette du reste du corps, et surtout, accordez vous quelques moments sans sous-vêtements pour que vos parties génitales respirent et sèchent : une courte sieste allongée sur une serviette de bain vous fera le plus grand bien !

Dans quel cas faut-il consulter pour des lochies ?

Il est important de surveiller les lochies, leurs aspects, leur quantité etc. Si des saignement inhabituelles apparaissent, c’est-à-dire des saignement malodorants, plus intenses, s’accompagnant d’autres symptômes comme des douleurs pelviennes ou encore de fièvre et d’accélération du pouls, consultez votre médecin ou gynécologue : il peut s’agir d’une infection de l’utérus (endométrite), ou alors d’une infection des trompes (qu’on appelle aussi salpingite). Des saignements très intenses à hémorragiques peuvent être le signe d’une hémorragie du post-partum. Consultez rapidement votre professionnel de santé qui vous donnera un traitement adapté.

 

La FAQ des lochies et saignements après accouchement

Comment sont les lochies et saignements après accouchement ?

Les lochies, leur couleur et leur quantité évoluent naturellement au fil du temps pour disparaître progressivement. Il faut tout de même surveiller leur aspect pour s’assurer qu’il n’y a pas d’infections.

Comment faire arrêter les lochies ?

Les lochies disparaissent en général au bout d’un mois et demi. L’allaitement va avoir tendance à réduire la durée des lochies.

 

Vous aimerez aussi :

 

Les informations issues des articles présents sur le site www-elia-lingerie.com sont des informations générales. Bien qu’elles aient été relues par des professionnels de santé, ces informations ne sont pas exemptes d’erreurs, ne constituent pas des conseils de santé ou des consultations et n’ont pas vocation à fournir un diagnostic ou proposer un traitement. Ces informations ne peuvent, en aucun cas, se substituer à un avis médical et ne peuvent pas remplacer une consultation auprès d’un professionnel de santé. Pour toute question, nous vous invitons à consulter votre médecin.