Comment adapter son alimentation pendant le cycle menstruel ?

Comment adapter son alimentation pendant le cycle menstruel ?

Quels sont les liens entre l'alimentation et le cycle menstruel ?

 

Le cycle menstruel a un impact sur bien des aspects de nos vies. L’alimentation en fait partie. Bien manger aide à avoir un cycle régulier, et un cycle régulier aide à bien manger. C’est un cercle vertueux. Mais qu’est-ce que ça veut dire “bien manger” ? Quels sont les aliments qui nous aident à mieux vivre notre cycle menstruel ? On vous dit tout, dans cet article !

Premier conseil : pour respecter votre vulve, notamment si vous souffrez d'endométriose, nous vous conseillons de porter nos culottes menstruelles en coton biologique.

Jeremy (aka Menthe Banane) est diététicien psycho nutritionniste. Il est spécialisé sur les troubles du comportement alimentaire et nous partage des conseils pour atteindre un équilibre entre santé physique et mentale, nous aide à savoir qu’est-ce qu’il faut manger lorsqu’on souffre d’endométriose, d’un SPM trop important ou du SOPK.

L’alimentation au cours du cycle menstruel : quel régime adopter ?

Jeremy nous explique que l’alimentation, tout au long du cycle doit être adaptée pour mieux vivre son cycle, notamment en cas de SPM ou de douleurs.

Comme vous le savez surement, le cycle menstruel est composé de quatres phases : les menstruations, la phase folliculaire ou pré-ovulatoire, la période ovulatoire et enfin la phase lutéale ou post ovulation.

Pendant ces périodes, les hormones varient, fluctuent, ce qui va avoir un impact sur notre moral, nos désirs et envies.

Jeremy nous explique que l’alimentation est centrale. Les fringales sont par exemple le résultat d’un déficit en sérotonine (la plupart du temps). La sérotonine est l’hormone du bien-être, de revenir à un état calme. Pendant la phase lutéale, où on va notamment avoir le SPM, on assiste à une chute des oestrogènes qui sont responsables de la synthèse de la sérotonine. Ce qui explique la chute de sérotonine et donc la baisse de l’humeur.

Pour remédier à ce manque de sérotonine, on peut agir en apportant du tryptophane : il constitue les protéines, qui est précurseur de cette sérotonine. On conseil, pour cet apport des protéines et du gras, comme des œufs, du houmous pour le petit-déjeuner.

Pour la fin de journée : un fruit, du chocolat et des oléagineux. L’idéal étant de le prendre vers 16h, avant le pique de fringales qui a lieu en fin de journée.

Pendant cette période, il faut garder des repas qui sont frais et s’écouter. Attention aussi à ne pas confondre variation de poids et prise de poids. En effet, pendant la phase lutéale, on assiste à une chute de la progestérone, sauf que la progestérone permet de relâcher l’eau. Alors, avec la chute de progestérone, il est normal d’avoir une rétention d’eau, qui peut être confondue avec une légère prise de poids : rien d’anormal, cela finira par passer.

Sur le même sujet : Pourquoi j'ai des troubles digestifs pendant mes règles ?

Comment gérer l’inflammation chronique dans le cadre de l’endométriose ? L'alimentation a-t-elle un rôle à jouer dedans ?

À l'heure actuelle, aucun traitement n'existe pour soigner l'endométriose, cette maladie inflammatoire qui touche 1 femme sur 10. Mais, même s'il n'existe aucun traitement définitif, l'endométriose peut néanmoins être soulagée par plusieurs facteurs, notamment par l'alimentation. Une alimentation anti-inflammatoire permettrait de moduler le terrain hormonal et donc de stabiliser les lésions et les symptômes de cette pathologie.

La nutrition pour soulager l'endométriose : 

En cas d'endométriose, il est fortement recommandé de revoir son régime alimentaire. Certains aliments sont à éviter et d'autres à favoriser. En effet, il est prouvé que certains ont un effet pro-inflammatoire tandis que d'autres ont, au contraire, des propriétés anti-inflammatoires.

Certains additifs chimiques présents dans les plats et aliments très transformés vont aussi favoriser l'inflammation chronique. Les aliments riches en sucre vont augmenter le taux de sucre dans le sang, ce qui va entraîner la sécrétion d'insuline, et solliciter le pancréas. Résultat : l'inflammation va augmenter. Les aliments à indice glycémique bas sont à favoriser pour aider à la régulation du taux de glycémie. 

Autre conseil : on privilégie les aliments riches en Oméga 3 et on réduit les omégas 6. Il existe deux types d'oméga 3 : végétales et animales. Il est d’ailleurs important de varier les Oméga 3 pour qu'ils proviennent des deux sources si possible.

Les oméga 3 dans les sources végétales : On les trouve dans l’huile végétale comme l’huile de lin ou l’huile de cameline. L'idéal est de les intégrer quotidiennement dans l’alimentation à raison d'une cuillère à café par jour pour l’huile de lin et 3 cuillères à soupe pour l’huile de colza. Il ne faut pas chauffer ces huiles : on risque de les oxyder.

Les oméga 3 dans les sources animales : On en trouve notamment dans les poissons gras et les petits poissons (saumon, maquereau, sardine, hareng,…). Il faudrait idéalement en manger 3 à 4 fois par semaine.

Sur le même sujet : Menu spécial règles

Quelle est l’assiette idéale pour l’endométriose ? 

L’assiette idéale est composée de moitié de légumes, de couleurs différentes pour avoir de multiples antioxydants. Les antioxydants sont aussi anti-inflammatoires. Les légumes et fruits choisis sont bio pour éviter au maximum les pesticides.

Les céréales doivent être complètes pour éviter le pic de glycémie qui va être lui aussi inflammatoire.

Enfin, il faut éviter les produits laitiers.

Les aliments à privilégier pour lutter contre l’inflammation :

Nous vous recommandons de consommer des aliments comme :

  • du curcuma
  • du thé vert
  • du gingembre
  • de l'ananas
  • des cerises
  • des agrumes
  • du céléri
  • des choux, des épinards
  • des brocolis
  • des betteraves
  • des fruits des bois
  • de l'ail
  • du persil
  • de la menthe
  • des noix
  • des poissons gras 
  • de l'huile de l'olive
  • de l'huile de coco
  • du chocolat noir
  • des graines de chia

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi regarder notre vidéo dédiée à ce sujet. 


2 comentarii


  • Stéphanie

    Bonjour,
    Merciiii pour ce podcast, enfiiiinnn !!!. Personne n’en parle !. Je souffre d’endométriose depuis 30 ans (j’ai 50 ans) et je n’ai quasiment plus de douleurs depuis que je suis passée au régime végétarien. Ma fille aînée, même problème, a réglé ses douleurs importantes de la même manière !!. Ma gynécologue m’a juste fait remarqué que c’était logique…. 😉. Excellente journée


  • Ayemou Laurence

    Bjr je souffre d’une endométriose et pas facile mon quotidien. Je sais plus quoi faire pour soulager mes maux et quelle protection adéquate vu que les saignements sont abondants et m’empêche toute activité. Votre aide et solutions me serait d’une grande importance. Merci.


Lasa un comentariu

Vă rugăm să rețineți că comentariile trebuie aprobate înainte de a fi postate

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.