Comment soigner la sécheresse vaginale ?

Comment soigner la sécheresse vaginale ?

Comment prévenir la sécheresse vaginale ?

Pour prévenir la sécheresse vaginale, il est tout d’abord important d’avoir une bonne hygiène des parties génitales, sans pour autant que celle-ci soit trop fréquente ou effectuée avec des produits agressifs et inadaptés au pH de cette zone. Vous pouvez seulement vous rincer localement de temps en temps et surtout ne pas laver en interne le vagin car comme nous l’avons expliqué dans notre article précédent sur la sécheresse vaginale, le vagin est un organe qui s’auto-nettoie. Le nettoyer en interne perturberait donc votre flore vaginale et favoriserait ainsi la sécheresse vaginale, les mycoses, …

Il est aussi conseillé de porter des sous-vêtements en coton et des pantalons qui ne soient pas trop près du corps pour éviter les frottements sur cette zone. Il est aussi important d’éviter de porter des sous-vêtements la nuit. 

De plus, l’alcool et le tabac sont eux aussi à bannir et le recours à certains médicaments à éviter le plus possible.

Enfin, il est important de ne pas négliger le sexe non pénétratif durant les rapports, car il favorise la lubrification naturelle, et éviter toute pénétration trop rapide.

Quels traitements pour la sécheresse vaginale ?

Tout d’abord, il est à noter que la sécheresse vaginale est la première cause de douleurs pendant les rapports sexuels. Cela peut devenir une crainte de la pénétration qui entrainera à son tour un défaut de lubrification et une baisse de la libido.

Mais comme nous l’avons vu dans notre article précédent sur les sécheresses vaginales, il peut y avoir d’autres répercussions à celles-ci. Il est donc important de les prendre en compte rapidement pour traiter le problème.

Tout d’abord, pour diagnostiquer une sécheresse vaginale, tournez-vous vers un spécialiste de santé qui vous fera passer un interrogatoire, pour en savoir plus, ainsi qu’un examen clinique et gynécologique. Vous devrez aussi parfois faire un prélèvement vaginal ou un bilan sanguin pour déterminer l’origine de cette sécheresse vaginale.

Par la suite, plusieurs traitements sont disponibles, en fonction des cas et de la cause :

  • Utilisation de lubrifiants durant les rapports sexuels

  • Crème ou gel hydratant vaginal à appliquer localement durant une ou deux semaines généralement

  • Traitement hormonal substitutif : prise d’œstrogène pour pallier leur baisse (notamment en cas de ménopause). A utiliser localement, directement dans le vagin, oralement ou pas patchs

  • Ovule d’acide hyaluronique pour hydrater et cicatriser la muqueuse vaginale en favorisant la reconstruction tissulaire. A utiliser deux fois par semaine

  • Canules à utiliser en interne pour hydrater l’intérieur du vagin

  • Traitement au laser, qui régénère en quelques séances les cellules vaginales. C’est en fait un tube que l’on place au fond du vagin et qui projette des ondes qui ont des effets sur la paroi vaginale en enlevant toutes les muqueuses déshydratées. De plus, cette pratique stimule la muqueuse du vagin qui produit alors plus de collagène, d’acide hyaluronique et de fibres élastiques. Néanmoins, ces séances sont coûteuses (environ 300€ par séance et il faut compter environ 4 séances) et non remboursées par la sécurité sociale

  • Enfin, dans certaines situations le médecin peut prescrire une injection à base de toxine botulique

Il existe aussi des traitements naturels :

  • L’aloe verra est un anti-inflammatoire et un hydratant naturel

  • L’huile d’onagre peut aussi être utilisée

  • L’huile de coco est antibactérienne est très hydratante 

  • Le calendula est adoucissantes, assouplissantes, et régénère la peau

  • La centella asiatica est réparatrice et cicatrisante et notamment utilisée en cas de sécheresse cutanée sous forme d’huile

  • L’huile de bourrache contient de l’oméga 6 et est très hydratante. Elle peut être consommée sous forme de gélule orale ou en application locale

  • L’huile essentielle de sauge qui est riche en phyto-œstrogènes favorise la lubrification 

  • Le houblon agit comme des œstrogènes elle aussi (à éviter si vous avez eu un cancer, comme la sauge)

  • La consommation de poissons gras (saumon, maquereau, hareng, …), mais aussi d’huile (olive, lin, noix) favorise l’hydratation des muqueuses car ils contiennent des acides gras, notamment oméga 3 et 6

Dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à en parler à son partenaire, ainsi qu’à son pharmacien, dans un premier temps, ou un médecin spécialisé. Nos culottes menstruelles vous aideront à ne pas assécher encore plus votre vagin pendant les règles !


Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.