Comment dédiaboliser les règles ? Témoignage de Christine

Comment dédiaboliser les règles ? Témoignage de Christine

Christine a 36 ans, c’est une amoureuse de la vie qui se définit avec plusieurs étiquettes. Artiste, coach en développement personnel et formatrice, elle est aussi présente sur Instagram avec une page perso @christinerotsen et une page dédiée aux interviews @lifeeverywhere_media.

Mais Christine, c’est aussi l’une de nos clientes, et pas que ! Elle a été sélectionnée parmi d’autres pour être une mannequin Elia lingerie le temps d’un shooting. En effet, chez Elia lingerie, on a eu la volonté de mettre en avant nos propres clientes pour nos shootings. Avec l’idée que c’était ELLES les meilleures représentantes de la marque et de ses valeurs. On a estimé avoir le devoir de mettre en avant tous les corps, toutes les morphologies, tous ces parcours singuliers et toutes ces femmes magnifiques. 

Alors aujourd’hui, Christine revient avec nous avec beaucoup de bonne humeur sur son métier, son rapport aux règles, et ce qu’ont changé pour elle les culottes menstruelles Elia lingerie. Mais elle nous donne aussi sa petite leçon de vie.

 

Comment se passe une séance d’accompagnement avec toi ?

« Une séance avec moi dure environ entre 1h et 1h30. Il y a énormément d’exploration parce que ce que je fais en fait, ce n’est pas de conseiller. Je ne conseille pas, je ne vis pas la vie à la place des gens en fait. Donc ce que je fais dans l’exploration c’est vraiment d’aller comprendre comment la personne voit la vie, c’est quoi sa représentation de la réalité ? Et en fait après on travaille avec différents outils, dans ma boîte à outils, et l’idée c’est que lorsque je me sens bloquée dans ma vie c’est que j’ai une représentation de ma réalité qui me bloque. Donc moi mon travail en tant qu’accompagnante, c’est d’aller repérer, de mettre un peu de la lumière sur les endroits qui sont dans l’ombre de cette personne et de lui dire « voilà comment tu vois la vie, qu’est-ce que tu as envie de faire, qu’est-ce que tu as envie de changer ? ». Et là le changement s’opère, donc on parle vraiment de croyances : qu’est-ce que je crois ? Qu’est -ce que je vois ? Et quand je switch mes croyances, ça va changer mes comportements, ma façon d’agir aux autres, mon rapport à moi, mon environnement, etc. Mais ça se passe vraiment au niveau de ma perception de la vie. »

 

Quelle est ton activité principale ?

« En ce moment, voilà ce qui se passe, c’est que je suis très active sur Instagram. C’est un média que j’aime beaucoup, je m’amuse beaucoup dessus. Il y a le visuel, en même temps le texte, etc. Donc ce que je fais sur Instagram : j’ai deux comptes, il y a mon compte personnel @christinerotsen. Là en ce moment je fais une série qui s’appelle « Master your energy » donc « Maîtrise ton énergie », et donc chaque mardi je lance un petit épisode avec une clef de développement perso pour maîtriser son énergie. Et il y a un compte sur lequel je fais des interviews, qui s’appelle @lifeeverywhere_media. Sur cet Instagram là, chaque lundi je fais une interview d’une personne inspirante qui vient faire du storytelling de sa vie en fait. Donc qui vient raconter sa vie, sa vision des choses, ce qu’elle transmet, ce qu’elle incarne. Et pourquoi ? Déjà j’ai vachement à cœur de donner de l’espace à des personnes pour s’exprimer, on revient encore à la notion d’expression de soi, et parce que je trouve que dans l’idée d’écouter des témoignages et bien parfois on peut capter des réponses pour soi. Pas tout le temps de l’accompagnement, du développement perso, parfois vraiment, il y a des personnes qui sont inspirantes. Le message principal que je transmets, le fonds, c’est vraiment apprenez à vous connaître. La vie est un outil de connaissance de soi et plus j’apprends à me connaître, et bien plus je peux m’aligner dans ma vie. »

Quelle est ta relation avec tes règles ?

« Déjà j’ai eu mes règles très tôt. Je les ai eu je ne sais pas, peut-être à 10 ans et demi, c’est tôt quand même. Enfin moi je trouve que c’est tôt. Et je crois que je les ai eues et je savais ce que c’était les règles globalement, mais je le subissais. A cet âge là je le subissais. Je pense que longtemps je l’ai subi parce que je crois qu’on est, ou qu’on était, là c’est en train de changer, mais dans une société qui diabolise les règles, le sang, etc. Donc je pense que pendant pas mal d’années j’ai subi, en plus j’avais mal, enfin voilà. Et puis surtout par rapport à mon cycle j’ai appris, je me suis renseignée. J’ai appris aussi à me connaître à cet endroit là, on revient sur la connaissance de soi. Et donc à comprendre que mon cycle durait un certain nombre de jours, que les énergies selon les jours étaient différentes, que si j’adaptais mon emploi du temps à mon cycle aussi c’était peut-être plus agréable à vivre. J’ai compris aussi que 3 jours avant j’avais envie de manger plein de sucre et des gâteaux, et bien maintenant je le fais et je ne me sens pas coupable. Donc en fait, maintenant je vis mieux mon cycle. Alors les jours des règles, il y a les symptômes qu’on peut connaître, l’extrême fatigue, etc. Mais ma carrière professionnelle fait que je peux adapter mon planning à ça. Et j’ai dédiabolisé cette idée du sang, de « c’est sale au secours ». Non en fait, c’est la vie qui s’exprime, finalement c’est ça. Et je crois qu’en fait chaque mois je remercie mon corps de fonctionner, finalement. »

Que penses-tu des culottes menstruelles Elia ?

« Alors pleins de bonnes choses, mais vraiment. Je les ai testées du coup, donc déjà je dirais qu’elles sont confortables, autant elles sont pratiques, elles sont efficaces. Donc vraiment il y a une efficacité selon la période. Enfin le jour des règles le flux est différent, et y’a différents modèles en fait qui permettent d’adapter, et ça c’est vraiment chouette. Après elles sont belles aussi, la Simone, petite dédicace. Mais elles sont jolies, du coup on peut se sentir belle quand on a ses règles, on n’est pas obligée d’être à l’arrache. Non ce que je voulais dire aussi, et qui pour moi est hyper important, et c’est pour ça que je suis contente de pouvoir être là en fait aujourd’hui, c’est que j’aime toutes les valeurs que porte Elia et le côté éthique en fait. Tant dans la conception, la fabrication, l’envoi. Et en même temps y’a du fond, c’est pas juste là pour faire joli : c’est Made-in-France, c’est écoresponsable. Enfin tout ça pour moi, moi ça me parle. Je trouve que c’est hyper important. »

Un petit mot pour la fin ?

« C’est dur de faire un mantra mais bon, je crois que ce que j’ai envie de dire c’est de vivre sa vie, pas celle des autres. »


Lascia un commento

Si prega di notare che i commenti devono essere approvati prima di essere pubblicati

Questo sito è protetto da reCAPTCHA e applica le Norme sulla privacy e i Termini di servizio di Google.