Règles, cycle menstruel et vie sexuelle, quels liens ?

Règles, cycle menstruel et vie sexuelle, quels liens ?

Les règles, comme la sexualité, sont à l’origine de beaucoup de tabous, mais aussi de croyances et d’idées reçues qui n’ont aucun fondement. Parfois, ces croyances peuvent être relayées sur les réseaux sociaux. C’est ce qu’a d’ailleurs confirmé un post Facebook publié dans la semaine et qui affirme « Si son cycle menstruel change, c’est parce qu’elle a couché avec quelqu’un d’autre. Sinon les règles des femmes ne changent jamais ». En d’autres termes, si une femme a un cycle irrégulier de façon permanente ou occasionnelle, c’est forcément que celle-ci a eu un rapport sexuel avec quelqu’un d’autre que son ou sa partenaire. Les règles irrégulières peuvent être dues à de multitudes de facteurs. D'ailleurs pour vous protéger si vous avez un cycle irrégulier, vous pouvez utiliser nos culottes menstruelles.


L’activité sexuelle a-t-elle une conséquence sur le cycle menstruel ?


Bien évidemment cette idée est complètement fausse, pour autant, le post Facebook a été vu plus de 300 000 fois en une semaine et a été partagé des centaines de fois, ce qui pose de nombreux problèmes.
En plus de relayer une information dangereuse pour la santé de certains couples qui pourraient croire à cela, et donc entraîner des disputes ou plus graves, des violences conjugales, cette fake news met aussi en lumière comment une fausse information peut circuler rapidement sur les réseaux sociaux, notamment quand il s’agit de sexualité, et de femmes. Il y a encore et toujours un réel manque d’information sur le fonctionnement du cycle féminin. Enfin, ce post est d’autant plus dangereux qu’il remet encore une fois la femme au cœur des infidélités dans un couple.
Le cycle menstruel féminin est complètement indépendant de l’activité sexuelle.


Quels éléments ont un impact sur le cycle menstruel féminin ?


Bien que l’activité sexuelle n’ait aucun impact sur le cycle menstruel féminin le stress, certaines émotions liées à des évènements en particulier, la prise de certains médicaments, les voyages ou encore la fatigue peuvent quant à eux avoir un réel impact sur le cycle menstruel, jusqu’à parfois le retarder ou l’arrêter. En effet le cycle menstruel est un processus assez sensible à l’état général des personnes menstruées, et notamment à la libération de leurs hormones. De ce fait, le cycle menstruel varie tout au long des périodes de la vie, parfois même d’un cycle à l’autre.
En effet, chaque mois le cycle menstruel opère chez les personnes menstruées. Il est dépendant des fluctuations des hormones féminines (œstrogènes et progestérones) et prépare l’organisme à une éventuelle grossesse. La durée moyenne d’un cycle est de 28 jours, mais il varie en général entre 25 et 35 jours selon les personnes. Cette durée peut aussi légèrement évoluer d’un cycle à l’autre, ou évoluer très nettement selon certains facteurs expliqués précédemment. Un déséquilibre du cycle peut aussi d’ailleurs se manifester par des règles douloureuses ou une fluctuation de la quantité de sang émise, de l’acné, une fatigue accrue ou un très fort SMP, des problèmes digestifs, une libido qui fluctue…


Le cycle menstruel peut-il avoir un impact sur ma libido ?


Bien que la vie sexuelle n’ait aucun impact sur le cycle menstruel, l’inverse peut être vrai, et cela est encore une fois dû aux hormones ! En effet, pendant le cycle menstruel, le taux d’œstrogènes, de progestérones, mais aussi de testostérone fluctuent. 

  • Pendant les règles :
Leur taux est au plus bas, ce qui provoquent chez certaines personnes une augmentation de la libido. De plus, il y a aussi un effet psychologique qui est de savoir que les rapports sexuels pendant les règles bénéficient d’une lubrification supplémentaire (néanmoins on vous rappelle que les rapports pendant les règles augmentent le risque d’attraper une IST, mieux vaut donc avoir un bilan complet ou se protéger avec un préservatif !). Aussi, avoir un rapport pendant les règles, comme pour la masturbation, permettrait de réduire les douleurs menstruelles, grâce, encore une fois, à la libération de l’hormone du bonheur, ce qui donnerait plus envie à certaines personnes de pratiquer le sexe, alors qu’à l’inverse pour d’autres, les douleurs, la fatigues et/ou la vue du sang ne leur donne pas envie.
  • Pendant la phase folliculaire :
Le taux d’hormones commence à augmenter et vous avez plus d’énergie. Cette période peut être en faveur de votre libido.
  • L’ovulation
Durant cette période, le taux d’œstrogènes et de testostérones atteint un pic juste avant l’ovulation, et chute juste après. De la sorte, quelques jours avant l’ovulation, il arrive aussi que les personnes menstruées aient plus de libido, de plus, c’est à ce moment qu’elles ont le plus de chance de tomber enceintes.
  • Phase lutéale
Quelques jours après l’ovulation, c’est la progestérone qui augmente et qui atteint un pic, puis celui-ci chute si aucune fécondation n’a eu lieu. Durant cette phase, sachant que la plupart des hormones sexuelles baissent, il est possible que votre libido soit moins importante, notamment si vous souffrez de SPM. D’autant que cette période laisse particulièrement la place au stress, qui lui aussi a un impact sur la libido.

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.