Comment commencer la diversification alimentaire ?

Comment commencer la diversification alimentaire ?

 

Qu’est-ce que la diversification alimentaire ?


La diversification alimentaire consiste à intégrer des aliments solides et liquides, autre que le lait maternel, dans l’alimentation de bébé. La diversification alimentaire commence à 4 mois révolus au plus tôt et jusqu’à 6 mois au plus tard. Passé cet âge, le lait maternel ne couvre plus l’entièreté des besoins nutritionnels dont le bébé a besoin.


Quelles sont les recommandations de l’OMS sur la diversification alimentaire ?


L’OMS recommande de débuter la diversification alimentaire à 6 mois. Avant 6 mois, l’OMS recommande de nourrir son enfant, exclusivement avec du lait maternel. À partir de 6 mois, les besoins nutritionnels de bébé changent, et l’introduction des aliments solides peut commencer. 
Les allergologues eux préconisent de débuter la diversification alimentaire à 4 mois. En effet, plus les aliments allergènes sont introduits tard, plus le risque d’allergie est élevé. Alors, il faudrait idéalement débuter la diversification alimentaire de bébé entre une tranche d’âge de 4 à 6 mois. Une introduction trop rapide ou trop tardive peut s’avérer néfaste dans l’acquisition d’une tolérance à l’allergène.
Avec toutes ces recommandations divergentes, il est difficile de savoir quand se situe l’âge idéal pour commencer la diversification alimentaire. Le mieux reste d’écouter son pédiatre. Ce dernier saura vous guider pour que votre bébé évolue dans les meilleures conditions.
Peu importe ce que vous voyez sur les réseaux sociaux ou ce que vous dit votre entourage, écoutez votre pédiatre, lui seul saura vraiment vous orienter.


Comment commencer la diversification alimentaire de bébé ?


Le lait de croissance ou le lait maternel restent l’aliment principal jusqu’à 1 an.
La diversification alimentaire de bébé a pour objectif de lui faire découvrir de nouvelles saveurs, textures, odeurs et couleurs et de lui transmettre le plaisir de manger.
En tant que parents, quand on commence la diversification alimentaire de bébé, il faut écouter l’enfant. L’introduction des aliments chez le bébé est une étape importante pour le processus de développement de l’enfant. Une étape qui peut être vécue différemment selon les parents et le bébé. Un bébé peut être plus joyeux ou plus réfractaire à l’introduction des légumes ou fruits dans son alimentation. C’est important de ne jamais forcer son enfant et d’être patient, à l’écoute et d'observer ses réactions pour s’adapter en fonction de ses goûts. Il faut lui laisser du temps dans la découverte de nouvelles couleurs, saveurs et textures auxquelles il n’a jamais été confronté avant.
Surtout ne le forcez pas ! Ce serait contre-productif et engendrerait une opposition systématique au moment du repas. S’il ne manifeste pas d’envie de découverte ou s’il refuse de manger un aliment, proposez lui ce même aliment quelques jours plus tard.
Astuce : pour habituer votre enfant à ce nouveau régime alimentaire, vous pouvez lui donner une cuillère pour qu’il se familiarise avec ce nouvel outil. 
Pour commencer la diversification alimentaire, il est conseillé de démarrer avec un seul aliment, de préférence un légume (un seul aliment pour déceler une potentielle allergie), qu’il soit cuit, mixé ou en purée, peu importe.
Continuez avec ce même légume pendant 3 jours, en augmentant progressivement le nombre de cuillères
Après ces 3 jours, on peut passer à un autre légume, en adoptant le même processus. Puis 3 jours après l’intégration de ce nouveau légume, on peut commencer à intégrer un nouveau légume, toujours dans la même façon de procédé (cuit, mixé ou en purée et seul). Cette fréquence d’introduction des aliments devra être gardée pendant 15 jours.
Débutez par des purées et des compotes mixées de façon fine, puis épaississez les textures au fur et à mesure pour arriver au final à des repas en petits morceaux et moulinés.  


Comment savoir si bébé est prêt à commencer la diversification alimentaire ?


On considère qu’un bébé est prêt à commencer la diversification alimentaire, lorsque ce dernier manifeste de l’intérêt envers le repas de ses parents, lorsqu’il le regarde, qu’il a envie de toucher et d’amener à sa bouche la nourriture. Si votre bébé pleure, hurle et refuse la cuillère, c’est tout simplement que ce dernier n’est pas prêt, et ce n’est pas grave. Rien ne sert de braquer un enfant et de le forcer à manger, cela risque juste de créer des traumatismes. Vous pourrez retenter de donner cette cuillère 10 voir 15 jours plus tard.


Que faire si mon bébé refuse la diversification alimentaire ?


On entend tout un tas de rumeurs sur la diversification alimentaire : écoutez-vous, faites vous confiance et faites confiance à votre enfant.

Si votre bébé refuse dans un premier temps la diversification, il faut prendre son temps pour qu’il s’habitue à ces nouveaux goûts, couleurs et textures. Donnez lui une petite quantité sur une cuillère. Par petite quantité, on entend la taille d’un grain de semoule. Cela va permettre que l’enfant s’imprègne du goût, qu’il s’y habitue, et quelques jours plus tard, vous pourrez lui proposer une quantité plus grande. Son cerveau aura déjà mémorisé le goût de l’aliment.
Tout est question de temps d’adaptation.
Il faut en moyenne 10 tentatives pour savoir si un bébé n’aime vraiment pas un aliment.


Quelles difficultés peut-on rencontrer au moment de la diversification ? 


La diversification alimentaire peut engendrer un certain nombre de difficultés.
Faire découvrir à son enfant des aliments solides peut être une source de stress pour les parents qui ont alors peur de l'étouffement.
Oui, le risque d'étouffement est présent, comme pour n’importe quel âge de la vie. 
Votre bébé doit apprendre à mâcher, mastiquer une nourriture solide puis à l’avaler. L’enfant n’a pas besoin de dents pour apprendre à mâcher, il n’y a pas plus de risques que bébé s’étouffe avec un morceau qu’avec du lait ou une purée. En revanche, il faut se méfier des petites céréales ou petits aliments qui font la taille de la trachée.
Pour rendre l’apprentissage de la diversification plus facile, placez vous dans un endroit calme, sans télévision ou élément qui pourrait distraire votre enfant.
La diversification alimentaire menée par l’enfant (DME) (dont on parlera juste après) a tendance à accroître les appréhensions quant aux risques d’étouffement chez les enfants. 
Les faibles études existantes ont montré qu’il n’y a pas vraiment d’écart important concernant les risques d'étouffement comparé à la diversification classique.
Néanmoins, il est essentiel que chaque parent applique les bons gestes en cas d'étouffement. Vous pouvez vous former aux gestes de premier secours, ou à défaut regarder des vidéos : il en existe énormément sur le sujet. En plus d’être utile pour n’importe quel âge de la vie, cela vous rassurera. 


Comment prévenir le risque d’allergie alimentaire ?


Lors de la diversification alimentaire, le risque d’allergie est présent puisque le bébé fait découvrir à son organisme des aliments auxquels il n’a jamais été confronté auparavant. Les allergies alimentaires peuvent être héréditaires, il faut donc informer votre pédiatre en cas d’allergie chez un des parents. Habituer progressivement la flore intestinale de votre enfant aux aliments solides permet d’éviter le risque d’allergies, comme le fait d’intégrer un à un les aliments.
 

Qu’est-ce que la diversification alimentaire menée par l’enfant (DME) ?


La diversification alimentaire menée par l’enfant est différente de la diversification alimentaire classique. Elle consiste à laisser l’enfant gérer complètement sa diversification alimentaire. Pas de petite cuillère, l’enfant découvre les aliments lui-même et avec les mains.
À la différence de la diversification alimentaire classique qui démarre à partir de 4 mois, la DME ne peut commencer qu’à partir de 6 mois : il faut que l’enfant puisse se tenir bien droit pour bien ingurgiter les morceaux.
Pour commencer la DME, vous pouvez présenter chaque jour un fruit et un légume différent.
Le brocolis est par exemple un aliment adapté pour commencer la DME : facile à tenir par le pied du bouquet, la fleurette de brocolis s’écrase très facilement contre les gencives.
L’enfant doit évidemment rester sous la surveillance d’un adulte lorsqu’il mange. Un conseil pour éviter les accidents : donnez un morceau plus grand que le poignet de l’enfant.
Le principe de la DME, comme son nom l’indique, est que cette dernière soit menée par l’enfant, alors si votre enfant vous demande de l’aide, s’il préfère manger avec une cuillère, s’il préfère manger des aliments en purée etc, ne lui refusez pas.


Voici une proposition de menu pour un bébé qui commence la diversification alimentaire :


Dans les premières semaines de diversification alimentaire, les aliments solides ne sont intégrés qu’au déjeuner, en complément du lait maternel, qui reste, pour rappel, l’aliment principal. Au dîner et au goûter, le lait maternel seul suffit.
 
Voici des idées de plats pour commencer la diversification alimentaire. 
Purée de carotte : il vous suffit juste d’éplucher les carottes, de les faire cuire à la vapeur pendant environ 20 minutes, puis de les mixer en ajoutant de l’eau de cuisson pour que la purée devienne lisse et légèrement liquide.
Purée d’haricots verts : il vous suffit de laver et équeuter les haricots verts, de les faire cuir à la vapeur. Puis, mixez les en ajoutant un peu d’eau de cuisson pour obtenir une consistance lisse et légèrement liquide.


Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.