La mode responsable ? une histoire d’écologie ?

La mode responsable ? une histoire d’écologie ?

Collections eco-conscious, eco-friendly ou encore recyclage : la prise de conscience écologique des enseignes de mode est aujourd’hui grandissante et les marques l’ont très bien compris. Mais est-ce suffisant pour se définir comme « éthique » ou « responsable » ?

Chez Elia, on est persuadé qu’être une marque responsable ne se résume pas qu’à proposer des produits dits écologiques ou en matières recyclées…  On vous explique pourquoi aujourd’hui. 

 

On oublie parfois qu’il  y a de vraies personnes derrière nos vêtements…

 

Un des symboles de l’abus de la fast-fashion, c’est bien sûr l’effondrement de l’usine du Rana Plaza en 2013 où plus de 1130 personnes sont mortes. Cette usine confectionnait des vêtements pour des grandes marques que nous connaissons tous. 

Il faut noter que les principales victimes de cette industrie sont les femmes. En effet, elles représentent 85% des travailleurs dans les usines textiles. Celles-ci sont payées une misère et travaillent dans des conditions déplorables. 

 

On entend aussi beaucoup parler de l’exploitation des Ouïghours dans l’actualité depuis quelques années. Ce peuple qui est persécuté et réprimé en Chine est aussi réduit en escvlavage, ce qui profite à l’industrie textile . En effet,  20% de la production de coton se fait dans la région du Xinjiang (région où les Ouïghours sont majoritairement présents. Le coton est une des principales matières utilisées pour la confection de nos vêtements. Ainsi, toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement peuvent résulter du travail forcé des Ouïghours. 

Plusieurs ONG ont appelé l’industrie textile à cesser de se fournir dans la région du Xinjiang et des pays ont décidé d’arrêter d’importer des marchandises qui sont potentiellement issues du travail forcé. 

 

Et notre santé dans tout ça ?

 

Polyester, polyamide, coton non bio… Toutes ces matières synthétiques ne sont pas sans danger ! Ces matières sont pour certaines dérivés du pétrole. Le coton (non biologique) quant à lui, est cultivé avec des OGM et est traité avec des pesticides. En plus de polluer les sols il est donc très nocif pour notre santé, mais aussi pour celle des producteurs. Vous vous en doutez, la confection d’un vêtement se fait en plusieurs étapes. Et au cours de ces différentes étapes, nombreux sont les procédés qui utilisent des produits chimiques… D’où l’importance de se renseigner sur les matières de nos vêtements, et du traitement de celles-ci ! C'est pour ça que nous avons choisi de proposer des culottes de règles parfaitement adaptées et saines pour le corps des femmes et personnes menstruées. 

 

Le mannequinat : miroir des exigences de notre société ?

 

On pense aussi qu’être responsable, c’est se saisir des problèmes de société. En effet, le problème avec le mannequinat aujourd’hui, c’est qu’il participe au culte de la minceur. Même si de nombreuses marques commencent aujourd’hui à vouloir être plus inclusives en montrant tous types de femmes, nombreuses sont les marques qui ne jurent que par un seul même type de corps et de couleur de peau et qui utilisent les retouches à outrance. D’ailleurs, Victoire Dauxerre en parle très bien dans le podcast Nouveau Modèle, « ancienne mannequin jamais assez maigre ». 

 

Alors même si, bien sûr, c’est un grand pas que de grosses enseignes se mettent à proposer des collections plus responsables sur le plan écologique, on vous invite quand même à vous renseigner sur ce que vous achetez, comment et surtout par qui vos vêtements sont produits. 

Chez Elia, on mise sur la transparence et le Made In France. D’ailleurs, vous pouvez retrouver toutes les informations sur notre production, nos matières, nos labels et certifications !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.