Endométriose et adénomyose : symptômes, traitement et différences

Endométriose et adénomyose : symptômes, traitement et différences



Qu’est-ce que l’endométriose et l’adénomyose ? Définition

L’endométriose est une maladie très fréquente qui touche près de 10% des femmes. Cette maladie est caractérisée par la présence de cellules semblable à de l’endomètre (muqueuse à l’intérieur de l’utérus) qui vont se retrouver en dehors de l’utérus, et qui vont suivre le cycle menstruel et entraîner des douleurs lors des périodes de règles. Contrairement à l’endométriose dont on parle plus aujourd’hui, l’adénomyose est quant à elle très méconnue alors qu’elle est toute aussi fréquente, si ce n’est plus. 

L'adénomyose, que beaucoup appellent adénomyose utérine  est un type d'endométriose interne à l'utérus. C'est la cousine de l'endométriose qui est  interne à l'utérus. 

L'adénomyose peut être superficielle ou profonde (plus douloureuse). Aussi douloureuse soit-elle, l'adénomyose est considéré comme une maladie bégnine dans le sens où elle n'engage pas de pronostic vital.

L'adénomyose peut être diffuse, c'est-à-dire qu'on va retrouver des foyers disséminés sur l'ensemble du myomètre, elle peut être focale avec un ou quelques foyers sur le myomètre, et enfin externe c'est-à-dire quand l'endométriose pelvienne vient infiltrer le myomètre.

Il faut bien différencier deux types d’adénomyose.  

-          L’adénomyose chez la femme jeune qui s’associe à de l’endométriose : présence d’endomètre dans le muscle de l’utérus. Pour parler simplement, c’est comme de l’endométriose à l’intérieur même des parois de l’utérus.  

-          L’adénomyose chez la femme qui a déjà eu plusieurs enfants, autour de la quarantaine : ici l’adénomyose n’est pas associé à l’endométriose mais plutôt au vieillissement utérin. Néanmoins, cela peut être tout aussi gênante et symptomatique.

Ces deux maladies, que ce soit l’endométriose ou l’adénomyose, vont souvent entraîner des douleurs. Pour autant, durant de nombreuses années et parfois encore aujourd’hui, cette douleur  est associée à une certaine normalité chez les femmes.

Ainsi beaucoup de femmes vont se plaindre de douleurs, et ne vont pas être écoutées. Le délais de diagnostic pour l’endométriose est aujourd’hui encore d’environ 7 ans entre le moment où la femme va exprimer pour la première fois ses symptômes et le moment où elle va être diagnostiquée avec une endométriose. Il faudra parfois changer de professionnel de santé avant de pouvoir enfin poser un diagnostic sur des maux. Pour certaines femmes, cette maladie va les handicaper au point de ne plus pouvoir aller à l’école ou au travail. L'endométriose et l'adénomyose rend aussi le chemin vers la parentalité plus difficile.

 

Adénomyose et endométriose : quels symptômes ?

Que ce soit pour l’endométriose ou l’adénomyose, des cellules vont se déplacer, se greffer à des endroits du corps où elles ne devraient pas. En fonction de la zone touchée par ces maladies, les symptômes seront différents d’une femme à l’autre. De plus, le diagnostic établi grâce à l’imagerie médicale est parfois éloigné de ce que les femmes vont vivre. C’est-à-dire qu’il y a des personnes avec de l’endométriose importante qui vont être très peu symptomatiques, qui auront peu de douleurs, alors que d’autres vont avoir une endométriose qui semble peu importante sur les examens d’imagerie, et qui en fait vont vivre un cauchemar en termes de douleur. Et entre celle qui n’a pas de symptômes et celle qui n’a pas de symptômes très importants, il y a vraiment tout le panel des possibles. C’est donc une maladie qui est très polymorphe.

-          Pour autant, chez toutes les personnes touchées par ces maladies, les douleurs pendant les règles, qu’on appelle des dysménorrhées, sont fréquentes.

Certaines fois, elles sont si intenses qu’elles occasionnent des malaises. Les patientes atteintes d'adénomyose peuvent aussi avoir des métrorragies (qui sont des pertes de sang en dehors de la période de règles, elles sont présentes dans 20% des cas d'adénomyose). C'est-à-dire que les règles peuvent aussi subvenir de manière anarchiques, à n'importe quel moment, ce qui rend le quotidien des patientes compliqué. Les règles peuvent aussi être très abondantes et longues. C'est le cas dans environ 50% des cas d'adénomyose. C'est ce qu'on appelle des ménorragies.

Pour éviter les irritations que vous pouvez rencontrer avec l'utilisation de protections hygiéniques quotidienne, nous vous recommandons nos culottes menstruelles en coton bio. 

-         Certaines femmes souffrant d’endométriose peuvent avoir des symptômes au niveau du rectum. Elles vont alors avoir des douleurs au moment d’aller à la selle pendant les règles, ou parfois même du sang dans les selles pendant les règles. Et puis il peut y avoir aussi des symptômes au niveau urinaire, quand l’endométriose se localise au niveau de la vessie. Cela se caractérise souvent par des cystites qui n’en sont pas puisqu’il n’y a pas de germes, on les nomme donc des cystalgies.

-          Les dyspareunies, qui sont des douleurs (souvent profondes) ressenties lors de rapports sexuels, peuvent aussi être un symptôme de l’endométriose ou de l’adénomyose.

Comment l'adénomyose et l'endométriose sont-elles diagnostiquées ? Quel traitement ? 

La première étape est d'écouter la patiente et les symptômes qu'elle décrit. En fonction des symptômes, on va pouvoir orienter la patiente vers un premier examen, un examen d’échographie. Cet examen d'échographie se traduit par une échographie endovaginale. On utilise une sonde qu’on insère dans le vagin. Cet examen permet d’aller repérer une endométriose. 

Il arrive parfois que l’échographie ne révèle pas de signe d'endométriose. Pour autant, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'endométriose. L’échographie est uniquement un examen de dépistage de base qui permet une première avancée dans la prise en charge. Il faut s’adresser soit à un spécialiste de l’infographie, qui est vraiment formé au diagnostic de l’endométriose, soit en IRM avec quelqu’un de suffisamment formé encore une fois.

L'IRM est l'examen de deuxième intention si l'endométriose y est associé.

Ces techniques pour diagnostiquer l’endométriose, permettent d’éviter une chirurgie assez invasive, avec potentiellement des effets secondaires et des complications.  

Comment réduire la douleur liée à l'adénomyose et l'endométriose ?

Tout dépend de pourquoi la femme a mal. Est-ce une lésion liée à un nodule, une lésion des ligaments utérosacrés ou est-ce son utérus qui lui fait mal ? Il est difficile de répondre à cette question puisque chaque personne ayant de l’endométriose est différente. 

Mais il existe tout de même des solutions pour réduire les douleurs liées à ces maladies. En premier lieu, on pense souvent à un traitement classique qui est la pilule et qui va permettre soit de diminuer les douleurs liées à l’arrivée des règles, soit d’arrêter complètement les règles. Le dispositif intra-utérin,  permet de réduire le volume utérin et de corriger l'anémie. Dans des cas d’endométriose profondes et sévères on peut aussi avoir recours à la chirurgie pour enlever l’endomètre situé sur les organes.

Il existe aussi une méthode radicale : l'ablation de l'utérus (hystérectomie). Mais si l'adénomyose est associée à de l'endométriose, ce seul traitement ne sera pas efficace. Néanmoins, d’autres méthodes ont montrées leur efficacité dans la prise en charge de la douleur. Il s’agit notamment de la kinésithérapie, mais aussi de l’ostéopathie et du yoga. Quand on souffre de douleurs chroniques, c’est quelque chose qui impacte l’ensemble du corps. Et une prise en charge holistique globale des personnes qui souffrent d’endométriose peut améliorer les douleurs de façon générale. De plus, toutes les disciplines qui vont permettre de faire un travail respiratoire par une respiration abdominale vont aussi permettre de ne pas se focaliser sur sa douleur, ce qui est important pour les diminuer lors des crises. 

Quelle protection hygiénique mettre si je souffre d’endométriose et/ou d’adénomyose ?

Il n’y a pas une solution miracles pour les personnes souffrant d’endométriose et/ou d’adénomyose. L’essentiel est d’utiliser des protections hygiéniques dans lesquelles vous vous sentez bien, qui est confortable pour vous, pour éviter de rajouter une gêne supplémentaire à la douleur déjà présente. Les culottes de règles Elia sont ainsi un bon moyen de se sentir confortables, notamment dans le cadre de ces maladies, puisqu’elles sont en coton biologique, une matière douce pour la peau qui ne l’irrite pas, garantie sans nanoparticules d'argent, non dangereuses pour la santé. 


1 Observație


  • Nanou

    J’ai souffert d’endométriose, j’ai eu des difficulté pour avoir mon 1er enfant, mon endo a été détecté 10 ans après ma 1ere grossesse,, mon gygy, après 4 mois de traitement m’avait dit qu’il n’y avait plus rien à faire, que j’étais stérile.. et c’est finalement grâce à mon médecin traitant, qui a repris mon cas et m’a soigné que j’ai pu avoir mes autres enfants (non sans mal car 3 fausses couches dont 2 tardivement faute d’un utérus rétroversé).. et à 43 ans, ils viennent de m’enlever l’utérus pour cause d’adénomiose sévère (mon utérus était carrément détaché en grande partie ce qui me donnait une impression de descente d’organes et une impression d’avoir toujours envie de pipi quand je marchais/montait ou descendait des escaliers) ..
    Ma seconde fille a ses règles depuis un peu plus d’1 an ( depuis ses 9 ans et demis) (elles les a eu le 24 décembre 2020 -joyeux Noël 😅) et depuis 2 ou 3 mois, elle souffre énormément pendant ses cycles, elle a des vertiges, des nausées, elle reste alitée pendant plusieurs jours … je me demande donc si, à son âge, elle peut déjà souffrir d’endométriose ?? 🤔


Lasa un comentariu

Vă rugăm să rețineți că comentariile trebuie aprobate înainte de a fi postate

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.