La lubrification vaginale qu’est-ce que c’est ?

La lubrification vaginale qu’est-ce que c’est ?

Camille
Temps de lecture : 6 minutes

Il existe plusieurs sortes de sécrétions vaginales : celles qui nettoient le vagin naturellement au cours de la journée et les celles liées à l’excitation sexuelle.

Lors d’une excitation sexuelle, les femmes ne s’en rendent pas forcément compte, mais elles produisent une lubrification vaginale qui est composée de différents liquides. La majorité provient de l’intérieur du vagin – en effet, les cellules du sang, présents dans les parois du vagin, passent dans la cavité vaginale - mais aussi des sécrétions produites par les glandes de Bartholin qui sont situées de chaque côté du vagin. Tout cela contribue donc à lubrifier l’entrée et l’intérieur du vagin pour le préparer à toutes sortes de pénétrations (digitale, phallique, d’objet, …) en la rendant beaucoup plus agréable et en évitant toutes irritations et douleurs.

La lubrification vaginale est donc une réponse physique, liée aux hormones et déclenchée lors de l’excitation sexuelle chez la femme. 

Quel est son rôle ?

Comme nous l’avons expliqué précédemment, la lubrification vaginale facilite donc les rapports sexuels avec pénétration en les rendant agréables, car elle favorise les glissements en évitant les frottements lors des va-et-vient. Elle est aussi gage, en partie, du plaisir féminin car elle facilite la pénétration vaginale (qu’il s’agisse d’un doigt, d’un pénis, d’un sex-toy, …).

Ensuite, la lubrification vaginale permet aussi la procréation. En effet, la lubrification va changer le pH du vagin (qui est plutôt acide à la base), afin de favoriser la survie des spermatozoïdes, ainsi que leur déplacement vers les ovaires. 

Quel rôle a la lubrification vaginale dans le processus d’excitation féminine ?

S’il y a une excitation sexuelle chez la femme, les organes sexuels vont être très irrigués en sang. Cette augmentation de la quantité de sang à proximité du vagin va donc permettre, comme expliqué précédemment, d’humidifier le vagin : le fluide qui provient des vaisseaux sanguins va s’écouler à travers les parois du vagin et permettre sa lubrification. C’est ce que l’on appelle la transsudation.

Ensuite, les glandes de Bartholin, situées à l’entrée du vagin, vont-elles produire, sous l’effet de l’excitation sexuelle, de la cyprine afin de faciliter la pénétration en humidifiant les lèvres internes et l’entrée du vagin. Néanmoins, cette action apparaît en deuxième temps, lorsque l’excitation sexuelle est déjà bien avancée.

Ainsi, ces fluides sont plutôt transparents et peuvent avoir différentes textures, couleurs et odeurs selon les femmes. Ils sont parfois comparés au liquide pré-séminal chez les hommes.

Néanmoins, il est à noter que les femmes mettent en moyenne plus de temps que les hommes à avoir une forte excitation sexuelle. D’ailleurs, cette durée est très variable selon le stress, la fatigue, la consommation de tabac, d’alcool, …

Il est donc important de prendre son temps et d’être à l’écoute, tout en s’assurant du consentement de l’autre pendant un rapport sexuel, afin de faire monter l’excitation progressivement et surtout à son rythme. 

De plus, durant l’excitation sexuelle, d’autres modifications vont avoir lieu. Par exemple, le clitoris va se gorger de sang et durcir, tout en augmentant de taille (il entre en érection). Les lèvres externes et internes vont-elles aussi se gorger de sang et gonfler légèrement, prenant une coloration un petit peu plus rouge. Le rythme cardiaque et respiratoire s’accélère, …

Qu’est-ce qui influence la lubrification vaginale ?

Le volume de liquide sécrété lors d’une lubrification vaginale dépend de nombreux facteurs et est souvent différent d’une femme à l’autre. Il peut arriver d’avoir une lubrification trop forte ou trop faible qui peut être due à de nombreuses choses comme des modifications hormonales (grossesse, allaitement, ménopause, …), la prise de certains médicaments, une hygiène intime inadaptée, des infections urinaires ou génitales, des IST, des peurs, un désir fluctuant, …

Ainsi certaines femmes souffrent de sécheresses vaginales (pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre article sur le sujet), ce qui peut engendrer des douleurs durant les rapports sexuels.

A ce sujet, noter d’ailleurs que la lubrification n'est pas nécessairement synonyme de désir et qu’il existe de nombreuses solutions pour palier à un manque de lubrification. 

Enfin, certaines femmes sont atteintes du syndrome d'excès de lubrification vaginale. En bref, avant et pendant l’acte sexuel, elles sécrètent « trop » de fluide. Cela est souvent dû à un dérèglement hormonal. Cela n’est pas grave en soi, mais la femme peut ressentir moins de sensations durant les rapports sexuels avec pénétration, ce qui les rend moins agréables. 

Pour conclure, il n’y a donc pas vraiment de quantité dite « normale » de lubrification vaginale. L’important est d’avoir une pénétration agréable et sans douleur. Il est donc important de prendre son temps !

Retour au Blog